19th Ave New York, NY 95822, USA

Avantages et inconvénients des thérapies

Avantages et inconvénients des thérapies

Les avantages et les inconvénients des méthodes décrites sont expliqués et comparés ci-dessous.

Bougage

Le bougage est une procédure assez simple et peu coûteuse qui peut être réalisée en ambulatoire.1 En raison des microlésions qui apparaissent lors de la dilatation, cette méthode entraîne une formation accrue de cicatrices et un rétrécissement supplémentaire de la lumière de l’urètre (voir le chapitre sur le bougisme). En raison de la courte durée de succès de l’intervention et de la forte probabilité de récidive, cette méthode ne constitue donc pas une alternative au traitement à long terme de la sténose de l’urètre.

Uréthrotomie

L’urétrotomie offre également une option de traitement simple et rapide.2 Immédiatement après le traitement, la situation s’améliore pour le patient. Cependant, comme décrit dans le chapitre sur l’urétrotomie, chaque nouvelle intervention prolonge la durée des récidives. Avec des coûts de 1 505,75 euros en cas d’hospitalisation et de 286,21 euros en cas de traitement ambulatoire, l’urétrotomie représente une variante de traitement relativement bon marché. Le problème réside toutefois dans la probabilité très élevée de récidive, proche de 100 %.3 Le traitement définitif de la sténose de l’urètre par urétrotomie est donc très rarement efficace. De plus, la réalisation de plusieurs urétrotomies diminue l’efficacité des traitements ultérieurs et donc les chances de guérison à long terme.4

Résection de la stricture avec anastomose de bout en bout

De même, la résection des strictures avec anastomose de bout en bout ne constitue une possibilité de traitement que pour les strictures courtes. Les résultats de cette technique chirurgicale dépendent en outre du nombre d’opérations endoscopiques préalables, raison pour laquelle l’indication doit être posée dès le premier diagnostic d’un HRS. Si une anastomose de bout en bout n’est pas possible en raison de la longueur du HR, il faut procéder à une reconstruction ouverte du HR par transfert de tissu. Les risques de cette procédure résident dans le danger de déhiscence des sutures, de récidives ainsi que de raccourcissements et de courbures péniennes.5

Reconstruction de l’urètre par lambeau pédiculé

La reconstruction de l’urètre par lambeau pédiculé est associée à des complications postopératoires précoces relativement limitées. Cependant, des problèmes apparaissent souvent au cours de l’évolution à long terme, par exemple en raison de la dilatation continue du prépuce fin exposé à l’humidité permanente. En raison de la formation de récidives qui en résulte, cette technique est de moins en moins utilisée.6,7

Uréthroplastie avec muqueuse buccale native

Dans le cas de l’urétroplastie avec muqueuse buccale native, un morceau de muqueuse buccale est d’abord prélevé avant la transplantation et utilisé pour la reconstruction.8 Cette intervention peut entraîner des complications sous forme de séquelles après le prélèvement du lambeau de peau oral. En raison de l’absence d’alternative à cette procédure jusqu’à présent, car à l’heure actuelle les données disponibles ne reposent que sur des rapports et des avis d’experts, les effets secondaires ont été peu étudiés jusqu’à présent. L’urétroplastie avec muqueuse buccale semble être une procédure efficace, mais dont l’évidence n’est actuellement pas scientifiquement prouvée. Le traitement des strictures de longue durée représente toutefois un défi particulier en raison de la disponibilité limitée de la muqueuse buccale ainsi que du risque accru de complications qui en découle.9,10

Transplantation de muqueuse buccale avec MukoCell®

Depuis 2013, la transplantation de muqueuse buccale avec l’utilisation de MukoCell® permet de traiter les rétrécissements de longue durée de l’urètre de manière aussi douce et efficace que possible. Les caractéristiques de la muqueuse buccale et son adéquation à la reconstruction de l’urètre sont utilisées comme base de la procédure. La greffe de tissu cultivée par biotechnologie permet d’utiliser les avantages de la muqueuse buccale sans causer de dommages à long terme aux organes sains. Accepter la lésion d’un organe sain pour traiter la sténose ainsi que le risque d’effets secondaires, alors qu’une méthode alternative avancée est disponible avec MukoCell®, est contraire aux principes de l’action éthique en médecine. De plus, la lésion de la muqueuse buccale ne fait pas que tolérer des séquelles telles que l’engourdissement, la douleur et l’altération de la mimique, elle augmente aussi significativement le risque de développer un cancer de la bouche.

1 Kassenärztliche Bundesvereinigung KdöR. Berlin, Stand 2017/1, erstellt am 23.01.2017, abrufbar unter http://www.kbv.de/html/online-ebm.php, letzter Zugriff am 03.02.2017
2 Tritschler et al. Harnröhrenstrikturen – Ursachen, Diagnose und Therapien. Deutsche Ärzteblatt International. 2013; 110(13):220-226.
3 Santucci and Eisenberg. Urethrotomy has a much lower success rate than previously reported. The Journal of urology. 2010; 185(5):1859-1862.
4 Kessler et al. Long-term results of surgery for urethral stricture: a statistical analysis. J Urol. 2003 Sep;170(3):840-4.
5 Klevecka et al. Harnröhrenstriktur: Ursachen, Klassifikation, Diagnostik und Behandlung. Journal für Urologie und Urogynäkologie. 2010; 17(4):16-24
6 Knispel HH. Harnröhrenstrikturen. In: Jocham D u. Miller, K. Praxis der Urologie. In zwei Bändern. Band II. 3,. überarbeit. und erw. Auflage. Georg Thieme Verlag. Stuttgart. 2007.
7 Fiala R, Vidlar A, Vrtal R, Belej K,Student V. Porcine small intestinal submucosa graft for repair of anterior urethral strictures. Eur Urol 2007; 51: 702–8.
8 Ebd.
9 Palminterie et al. Urethral reconstruction in lichen sclerosus. Curr Opin Urol. 2012 Nov;22(6):478-83.
10 Engel et al. Harnröhrenrekonstruktion unter Verwendung von Mundschleimhauttransplantaten. Urologe A. 2013 May;52(5):650-656.