19th Ave New York, NY 95822, USA

Uréthroplastie avec MukoCell®

Uréthroplastie avec MukoCell®

En tant qu’alternative aux méthodes décrites pour la reconstruction de l’urètre, le médicament MukoCell® a été autorisé en 2013 par l’Institut Paul-Ehrlich sous le numéro PEI.A.11491.01.1 pour les thérapies innovantes (ATMP).

Contrairement à la transplantation traditionnelle de tissu de la muqueuse buccale lors d’une urétroplastie, MukoCell® ne nécessite que de très petits morceaux de muqueuse buccale de 0,5 cm² à 0,8 cm².1 Après un prélèvement ambulatoire des cellules de la muqueuse buccale, celles-ci sont traitées par biotechnologie et sont disponibles trois semaines plus tard sous forme de greffes de tissus. En raison de la taille de la membrane porteuse, il est parfois nécessaire de prélever jusqu’à deux greffons. Le nombre de morceaux de muqueuse buccale prélevés dépend de la longueur de la stricture. Ceux-ci sont implantés avec précision dans l’urètre du patient et assurent une fonctionnalité complète de celui-ci. Un cathéter à demeure reste en place pendant environ trois semaines pendant la cicatrisation. La transplantation du tissu fabriqué in vitro à partir de muqueuse buccale autologue représente une alternative thérapeutique prometteuse aux formes de traitement actuelles.2

Depuis le début de l’année 2016, cette procédure est utilisée avec beaucoup de succès à l’hôpital universitaire de Cologne. Actuellement, trois à quatre interventions pour l’implantation de la greffe de tissu sont réalisées chaque mois à l’hôpital universitaire. Les expériences pratiques réalisées jusqu’à présent avec MukoCell® renforcent l’efficacité et la sécurité du traitement.

Dans le cadre d’une étude d’observation prospective et multicentrique (classe de preuves 2a) initiée par le fabricant et qui doit être soumise pour publication en février 2017, 99 patients ont été suivis. Les résultats de l’étude montrent qu’il existe un lien entre le résultat de l’intervention et le nombre d’opérations antérieures. En d’autres termes, plus le traitement avec MukoCell® est effectué tôt, plus il est probable que le patient ne présente plus de symptômes à long terme après une seule thérapie. En revanche, l’alternative de nombreuses incisions de l’urètre, avec la forte probabilité d’une nécessité ultérieure d’une urétroplastie supplémentaire.3,4

Selon le fabricant, le prélèvement de cellules de la muqueuse buccale n’a entraîné de légères douleurs postopératoires que dans 3 cas sur 99. Par conséquent, les auteurs recommandent dans leur résumé, en fonction de l’indication, d’envisager la transplantation de tissu produit in vitro à partir de muqueuse buccale autogène comme traitement de première ligne.5 Les résultats de l’étude représentent, avec un niveau de preuve 2a dans le traitement des sténoses de l’urètre, des connaissances scientifiques de grande qualité et uniques, en termes de niveau de preuve.

1 Studienreport (Sponsor MukoCell GmbH): Observational Study of the Use of Tissue-engineered Autologous Implants of Oral Mucosa (MukoCell®) in Reconstruction of the Urethra. 2016 (unveröffentlicht).
2

Ebd.

3 Zugor et al. Offene urethrale Rekonstruktion bei Harnröhrenstrikturen. Urologie. 2014(1): 76-78.
4 Santucci and Eisenberg. Urethrotomy has a much lower success rate than previously reported. The Journal of urology. 2010; 185(5):1859-1862.
5 Studienreport (Sponsor MukoCell GmbH): Observational Study of the Use of Tissue-engineered Autologous Implants of Oral Mucosa (MukoCell®) in Reconstruction of the Urethra. 2016 (unveröffentlicht).