19th Ave New York, NY 95822, USA

Urétroplastie avec un greffon libre prélevé dans la muqueuse buccale

Urétroplastie avec un greffon libre prélevé dans la muqueuse buccale

Une urétroplastie par chirurgie ouverte avec un greffon libre prélevé dans la muqueuse buccale constitue une autre possibilité de traitement des sténoses de l’urètre. Le taux de réussite de cette intervention est nettement plus élevé par rapport aux procédures déjà mentionnées. La reconstruction plastique est surtout utilisée en cas de sténoses bulbaires de longue durée et de toutes les sténoses péniennes, ainsi qu’après la réalisation frustrante de plusieurs urétrotomies ou bougages.1,2 Toutefois, le prélèvement de la muqueuse dans la bouche du patient entraîne des complications postopératoires.3

Lors de l’uréthroplastie, l’urètre est ouvert longitudinalement au-dessus de la zone rétrécie et élargi avec un greffon prélevé dans la muqueuse buccale. La taille du greffon prélevé varie en fonction de la longueur de la sténose. La muqueuse buccale peut être prélevée aussi bien sur la joue que sur la langue ou la lèvre du patient4

L’uréthroplastie avec muqueuse buccale est, selon Tritschler et al.5 est recommandée lorsqu’une incision n’a pas donné de résultats ou que la sténose s’étend sur plus de 2,5 cm. Il convient de souligner que la réalisation pré-interventionnelle de deux urétrotomies ou plus entraîne un risque accru d’échec de l’urétroplastie.6 Cette procédure devrait donc être utilisée précocement, surtout chez les jeunes patients ainsi qu’en cas de strictures multiples et de haut degré à longue distance.7

Dans certains cas, cette méthode a permis d’obtenir des taux de réussite élevés.8 Cependant, seules des données de cliniques individuelles issues d’études rétrospectives sont disponibles à ce sujet. La directive de l’American Urological Association sur le traitement des strictures urétrales chez les hommes confirme également le manque de preuves de cette procédure reconnue. Actuellement, il n’existe que des études de classe C, basées sur des rapports et des avis d’experts ou des essais cliniques d’autorités reconnues.

Le prélèvement de la muqueuse buccale s’accompagne en outre parfois d’effets secondaires. Plus la taille du greffon est importante, plus le risque de séquelles à long terme est élevé. Plus la taille du greffon nécessaire et du défaut provoqué dans la bouche est importante, plus les complications locales au niveau du site de prélèvement sont probables. Ainsi, les études de Dublin et Stewart montrent9 ainsi que par Wood et al.10 les conséquences persistantes sur la santé qui se sont développées à partir des effets secondaires des interventions orales. De plus, des modifications cicatricielles apparaissent dans la bouche des patients, ce qui représente un risque accru de cancer en raison de l’irritation permanente et du risque d’infection.11

Les résultats de l’étude de Piemonte et al., dans laquelle 406 patients au total ont été inclus, montrent que 75,56 % des patients atteints d’un cancer de la bouche ont été précédés d’une lésion chronique de la muqueuse buccale (p &lt ; 0,0001). Ces conclusions sont également confirmées par Perry et al.12 belegt. En outre, ce sont surtout les strictures d’une longueur ≥ 5 cm qui représentent un risque accru de séquelles et de formation d’une récidive.13

1 Andrich and Mundy. What is the best technique for urethroplasty? European Urology. 2008; 54(5):1031-1041.
2 Zugor et al. Offene urethrale Rekonstruktion bei Harnröhrenstrikturen. Urologie. 2014(1): 76-78
3 Dublin and Stewart. Oral complications after buccal mucosal graft harvest for urethroplasty. BJU International. 2004; 94(6):867-869.
4 Anger JT, Buckley JC, Santucci RA, Elliott SP, Saigal CS. Trends in stricture management among male Medicare beneficiaries: underuse of urethroplasty? Urology 2011; 77(2): 481–485.
5 Tritschler et al. Harnröhrenstrikturen – Ursachen, Diagnose und Therapien. Deutsche Ärzteblatt International. 2013; 110(13):220-226.
6 Kessler et al. Long-term results of surgery for urethral stricture: a statistical analysis. J Urol. 2003 Sep;170(3):840-4.
7 Leyh. Urethrotomia interna. Urol 2014; 45(03): 233-241.
8 Barbagli G, Guazzoni G, Lazzeri M: One-stage bulbar urethroplasty: retrospective analysis of the results in 375 patients. Eur Urol 2008; 53: 828–33.
9 Dublin and Stewart. Oral complications after buccal mucosal graft harvest for urethroplasty. BJU International. 2004; 94(6):867-869.
10 Wood et al. The morbidity of buccal mucosal graft harvest for urethroplasty and the effect of nonclosure of the graft harvest site on postoperative pain. The Journal of Urology. 2004; 172(2):580-583.
11 Perry BJ et al. Sites of Origin of Oral Cavity Cancer in Nonsmokers vs Smokers Possible Evidence of Dental Trauma Carcinogenesis and Its Importance Compared With Human Papillomavirus. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2015;141(1):5-11.
12 Perry BJ; Zammit AP,Lewandowski AW, Bashford JJ, Dragovic AS, Perry EJ, Hayatbakhsh R, Perry CFL. Sites of Origin of Oral Cavity Cancer in Nonsmokers vs Smokers Possible Evidence of Dental Trauma Carcinogenesis and Its Importance Compared With Human Papillomavirus. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2015;141(1):5-11.
13 Kinnaird et al. Stricture length and etiology as preoperative independent predictors of recurrence after urethroplasty: A multivariate analysis of 604 urethroplasties. Can Urol Assoc J 2014;8(5-6)